Here we go! | Fourmilière verticale
16952
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-16952,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-7.7,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive
 

Fourmilière verticale

Fourmiculture manque d’un nid vertical et d’un système de chauffage intelligent. J’ai donc tenté de réaliser un modèle correspondant.

Tout d’abord, une petite réflexion sur le système d’humidification de la fourmilière. J’ai pris le principe de capillarité des habitats actuels en faisant des calculs pour m’assurer que la section de mèche que j’ai choisie serait suffisante pour assurer une remontée d’eau sur la hauteur complète du plâtre.

Quatre mèches assurent l’humidification sur quatre zones spécifiques avec quatre réservoirs dédiés. On a donc une hygrométrie variable selon le positionnement dans les galeries.

Concernant les galeries, elles ont été conçues en observant des galeries naturelles et tout particulièrement pour permettre des étages pour entreposer le couvain et dans le cas des Messor, les graines.

Un espace d’observation éclairé par des LED (température froide) est au dessus (entièrement et facilement amovible, sans que les fourmis ne puissent aller dans la structure de la fourmilière.

Il y a également un système de chauffage au cœur du nid, associé à un capteur de température.

Le tout est piloté par un boitier contenant un Arduino qui agit en tant que contrôleur PID. Il est possible d’interagir avec ce système par deux boutons et un écran.

J’ai réalisé également l’impression des pièces et le réglage du PID de manière empirique.